Sennse accompagne Ile-de-France Mobilités (via son mandataire Transamo) et le Département des Hauts-de-Seine pour la communication du projet Tram 10 (Antony-Clamart). Un accompagnement pour la phase travaux, démarré en 2017 avec les travaux préparatoires et qui se poursuivra jusqu’à la mise en service du tramway prévue en 2023.

Dans le cadre des mesures de compensations écologiques du projet, environ 6,5 hectares de forêt ont déjà été restaurés à proximité immédiate du futur tracé.

En effet, la construction de la ligne nécessite l’utilisation de parcelles boisées, en particulier pour la construction du futur site de maintenance et de remisage qui utilisera 3,5 hectares environ en lisière de la forêt de Verrières.

Les maîtres d’ouvrage se sont engagés à compenser les impacts sur les habitats des espèces protégées au plus près de la zone de chantier. Cet engagement s’est traduit par une compensation écologique ambitieuse et 100 % locale, sur quatre parcelles au bois de la Béguinière et au bois du Carreau (forêt de Verrières) à Châtenay-Malabry.

Ce sont ainsi près de 10 ha de forêt qui sont en train d’être restaurés, afin d’augmenter la diversité des essences forestières et offrir des lieux d’habitats et de reproduction attractifs pour les espèces locales (chauves-souris, oiseaux forestiers, tritons, hérissons…). Résultat, lorsque l’atelier de maintenance sortira de terre, la faune sera préservée.

Faisant partie intégrante du projet, les mesures de compensations environnementales s’élèvent, pour le projet Tram 10, à plus de 3 millions d’euros au total sur 30 ans, soit 1 % du coût global du projet.

Zoom sur les aménagements réalisés pour favoriser la biodiversité : lisières, clairières, milieux humides… au travers de la vidéo ci-dessous

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn