Dimanche 13 décembre, une nouvelle gare a ouvert ses portes à la limite des 18ème et 19èmearrondissements parisiens. Aérienne, fluide et lumineuse, cette nouvelle station sur la ligne du RER E attend quelque 13 000 voyageurs en heures de pointe et 85 000 voyageurs par jour à terme, lorsque la ligne E sera prolongée à l’ouest vers La Défense, Nanterre puis Mantes-la-Jolie.

En correspondance avec le T3b, le réseau de bus local, les stations Véligo et Vélib, et au cœur du développement urbain du secteur, ce nouveau pôle multimodal préfigure le rôle des futures gares du Grand Paris.

La réalisation de cette gare et son accompagnement en communication ont été un véritable défi. « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait » témoigne Paul Le Matt, directeur d’opération, maître d’ouvrage SNCF Réseau.
5 ans de travaux titanesques, un planning sans marge – la date d’ouverture était programmée dès le démarrage – 200 entreprises mobilisées, une moyenne de 150 personnes en action tous les jours… dans un milieu urbain très dense.

Ceci fut l’exploit de ce chantier hors normes et la fierté de Sennse qui l’a accompagné pendant ces 5 ans, dans sa communication travaux, au plus près de la vie du projet et des impacts locaux et dans sa communication projet, répondant aux enjeux de desserte du pôle multimodal, mais également aux enjeux d’aménagement du territoire, avec la gare et son passage urbain comme pierre angulaire du désenclavement et du renouvellement du quartier.

La gare Rosa Parks représente un budget global de 130 millions d’euros, financés par la Région Île-de-France (51,2 %), la Ville de Paris (25 %), l’État (22,7 %) et SNCF Réseau (0,4 %), sous l’égide du Syndicat des Transports d’Île-de-France.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn